( 22 septembre, 2009 )

Un blog pourquoi faire?

Nous sommes arrivés à une époque bizarre. Plus les moyens de communication se perfectionnent et se multiplient, moins nous avons de choses à dire, à raconter. Beaucoup de gens perdent la liberté de dire leur pensée car ils ne possèdent plus l’outil, le véhicule qui permet à leur pensée la forme exprimée par les mots. Cet outil, bien entendu, est la langue.

La maîtrise d’une langue maternelle est le préalable indispensable pour mettre en mouvement tout possibilité d’exprimer ses idées sans trahir sa pensée. La langue maternelle de l’homme, n’est pas la langue de ses origines, elle est la langue du milieu qui a porté son enfance. Ma langue maternelle est le Français car le Français est la langue du milieu qui a porté mon enfance.

Aujourd’hui,  en France, il faudrait donc cesser d’enseigner le Français  comme étant seulement un moyen de communication et  un outil de rattachement  à  la mémoire  et la culture d’un peuple.

Notre société doit l’inculquer comme un élément inhérent à la nature humaine qui permet à l’homme d’appréhender sa réalité intime, afin d’y puiser la ressource pour organiser sa pensé et définir son envergure intellectuelle.  Le choix de cet élément est conditionné par le milieu qui porte l’enfance de l’individu. On n’apprend pas le français uniquement parce que qu’on est français, mais surtout parce qu’on a besoin de cet élément constitutif de la nature humaine.

La langue française est incarcérée dans son appartenance à l’histoire particulière d’un état-nation. Nous devons abattre les clôtures « idéo-sectaires » afin de redonner au français son statut de langue véhiculaire transnationale, tel un pont qui permette de transiter d’une terre à l’autre, d’une culture à l’autre, d’une époque à l’autre.

12
« Page Précédente
|